menu +

Blog


Québec, le 18 mars 2021 – L’Association des entrepreneurs en travaux sylvicoles du Québec (AETSQ), la Fédération québécoise des coopératives forestières (FQCF) et Groupements Forestiers Québec (GFQ) lancent un cri d’alarme à leurs élus et leur rappellent l’importance de la sylviculture pour tirer profit du plein potentiel de la forêt. Ils veulent connaître les intentions du gouvernement en regard de ce maillon essentiel et névralgique d’amélioration et de remise en production de nos forêts.

« Nos membres naviguent en plein brouillard, il devient urgent de traiter des problèmes de fonds qui persistent et s’amplifient dans l’industrie de l’aménagement forestier. C’est pourquoi la Fédération insiste sur l’importance de se doter d’un plan d’action avec des objectifs clairs sur l’avenir de la sylviculture. Malgré, nos demandes répétées auprès du ministre des Forêts, de la Faune et des Parcs, on continue à nous tenir à l’écart », affirme le président de la FQCF, William Lebel.

En décembre dernier, le gouvernement présentait sa Stratégie nationale de production de bois s’inscrivant dans le plan de relance économique du Québec. Cette stratégie des plus ambitieuses repose sur la prémisse d’agir dans le but d’augmenter la valeur des forêts publiques et privées afin de contribuer davantage à la création de richesse au bénéfice de l’ensemble des régions du Québec, tout en assurant son rôle dans la lutte contre les changements climatiques.

Nous souhaitons rappeler au gouvernement que pour y parvenir, il devra miser sur des activités de sylviculture soutenues pour augmenter la productivité et la valeur socio-économique de nos forêts afin de subvenir aux besoins des prochaines générations. Les produits du bois séquestrent le carbone et peuvent se substituer à des produits comme le pétrole, le plastique, l’acier et le béton, des produits non renouvelables ayant des impacts environnementaux importants.

« Monsieur le Premier Ministre, si votre désengagement actuel se poursuit, nous risquons de manquer une opportunité unique de faire de nos forêts un pilier de l’économie verte de demain, et une fierté nationale pour tous les Québécois. Il est primordial que nous puissions discuter rapidement des vrais enjeux liés au secteur sylvicole. Nous ne comprenons pas pourquoi les hauts fonctionnaires et le ministre des Forêts persistent à travailler en vase clos », lance Charles-Philippe Mimeault Laflamme, président de l’AETSQ.

« L’industrie de l’aménagement forestier doit maintenant réfléchir à des approches plus productives en travaillant ensemble, car nous avons pris beaucoup trop de retard sur l’enjeu de la prévisibilité des entreprises sylvicoles », fait valoir le président de GFQ, Rénald Bernier.

La forêt est une ressource créatrice de richesse pour le Québec. Elle permet à plusieurs régions de dynamiser leur territoire et de mieux l’occuper. Elle est au cœur de la vitalité économique de plus de 200 communautés. Comme capteur de CO2, la forêt est un outil de prédilection pour participer à la lutte aux changements climatiques. Ses 60 000 travailleurs en sont fiers, aidez-nous à lui faire retrouver ses lettres de noblesse.

Sources :      Dany Rousseau, directeur des communications pour la FQCF et GFQ

                        418 906-7651

                        Fabien Simard, directeur général pour l’AETSQ

                        418 780-1360

HAUT